Lettre de Saint Savin

le 25 Mars 2018 - Ce matin je reçus d’un ami une coupure du quotidien local Centre Presse. En y lisant le nom de St Savin, je me dis « enfin des nouvelles de Saint Savin car, à lire les canards locaux, notre bourg ne semble pas exister.  Alors peut être une suite à l’affaire Bigorno …? »  Eh bien non , seulement quelques lignes évoquant la vie de Monsieur Rousse (pas Philippe, non Jean Marie, le Maire du bourg )  à travers lesquelles je lus ravi, qu’il était devenu grand-père l’année dernière. Puis quelques lignes plus bas je découvris  avec le même ravissement les traits de son caractère impulsif "ça peut, toutefois être une qualité, car en tant qu'élu, il faut savoir prendre des décisions "(sic) dit il, son gout pour le cyclisme,  ses souvenirs, ses regrets… la vie passionnante d’un homme résumée en quelques mots.

Je pus egalement y apprendre de manière officielle que le projet de l’installation du Groupe Hôtel et Patrimoine dans le Logis abbatial avait été abandonné subitement quelques semaines seulement après l’euphorie d’une réunion publique au refectoire de  l’abbaye à laquelle participaient nos élites locales, la télévision et le fringant entrepreneur Gourio.  Sans doute comme beaucoup de saint savinois avais je  manqué l’annonce publique de cette déconfiture. Je fus un peu déçu tout de même car ni monsieur le maire ni le journal ne donnaient les raisons de ce fiasco mais devrais je avouer avoir su par ailleurs que le sieur Gourio à la direction du Groupe Hôtel et Patrimoine en avait été évincé par l’un de ses proches parents suite à quelques problèmes financiers et la mise en redressement judiciaire du second hôtel du groupe. La Gazette de Saint Savin aurait elle eu quelques antennes ou prémonitions sur la fiabilité financière de ce trop dynamique personnage ? mais qu'allez vous donc imaginer...?!


Ce passionnant entretien avec monsieur le Maire n’eut point été complet  si celui-ci  n’avait enfin cité sa formule incantatoire et emblématique sur « La critique facile » et laissé poindre comme à son habitude, une ombre d’amertume contre certaines personnes trop bien informées qui ont osé alerter  sur le risque de cette entreprise peut-être un peu  hasardeuse avec un tel partenaire et qui par bonheur a capoté in-extremis avant le début des travaux qui auraient pu couter très cher à notre commune.


Fort de cette expérience le premier édile de notre bourg toujours très discret sur ses actions (mais pourquoi donc ???) a cependant annoncé qu’un nouvel entrepreneur était sur les rangs pour reprendre le Logis et y amener un jeune chef talentueux pour animer un restaurant rêvant d’étoiles… mais chuttt !  secret d’état ! Cela dit, sur le principe, la Gazette se réjouira de voir enfin le Logis de nouveau utile à la commune sous réserve d’un investisseur fiable comme cela a toujours été écrit ici, sachant que le choix de l’hostellerie reste l’un des plus favorable  après qu’il eut été utilisé comme silo à grain, plateforme d’essai pour ascenseur ou gendarmerie. On aurait pu suggérer d’en faire un lupanar pour remplacer le Cercle Rouge mais il serait à craindre que quelques pudibonds ne viennent se plaindre. N'oublions pas aussi que les reves d'hotellerie de toutes sortes dans la region restent encore à ce jour, des reves; alors peut etre ne faut il pas trop rever et commencer modestement...