Après l’installation d’un compteur Linky, leur facture électrique est multipliée par 3,5

Source: La Voix du Nord

Pascal et Christelle Boucaut vivent sans chauffage depuis la mi-février. La cause ? Leur dernière facture d’électricité. EDF leur réclame près de 2 200 € à l’année, alors qu’ils payaient un petit 600 € avant l’installation du compteur dit intelligent, Linky. Ils veulent comprendre.

Y a-t-il un lien entre le changement de compteur datant d’avril 2016 et cette surconsommation depuis octobre qui vient de leur être facturée ? Le fournisseur affirme de son côté que les Boucaut ont trop fait marcher le chauffage cet hiver. Le couple, lui, doute.

D’abord leur maison est hyper isolée : double vitrage, murs protégés et mitoyens, radiateurs électriques de dernière génération donc économes. Autre preuve : sans chauffage, il fait 17,7 degrés dans la pièce principale, il leur faut peu d’énergie pour atteindre les 19 ou 20 degrés. Et puis les autres années, il y avait bien une augmentation l’hiver, mais rien à voir avec la somme demandée. Jusqu’alors, ils payaient 64 € par mois. On leur réclame désormais 216 € mensuels. «  En janvier, on a eu des journées à 120 kWh, c’est énorme !  » commente le père de famille -NDRL : pour une maison de 150 m2 avec 4 personnes et un chauffage électrique, on compte 54 kWh par jour.

Installation contrôlée

Du coup, Pascal Boucaut a fait venir une société pour contrôler son installation et être certain que ça ne venait pas de la maison. L’électricien n’a strictement rien trouvé d’anormal. Les radiateurs fonctionnent bien, comme le reste du matériel. Comment expliquer alors que, malgré des radiateurs à l’arrêt, avec seulement la télévision et un ordinateur en marche, le compteur Linky disjoncte ? «  Ça arrive en gros tous les neuf jours  » pointe du doigt Christelle Boucaut, sur la feuille de relevés journaliers du fameux compteur qu’ils s’obligent à tenir. Et toujours quand ces deux matériels sont allumés. Il y a un pic anormal et ça saute.  » Les Boucaut ont même dévissé plusieurs des ampoules de leur lustre de salon pour limiter la consommation. Côté facture, «  Ils n’ont pas traîné pour débiter notre compte. On avait un peu d’argent de côté pour transformer la cuisine, il n’y en a plus !  » Effrayé, Pascal Boucaut a déjà fait établir des devis pour installer un poêle à pellets. «  Je vais supprimer les radiateurs électriques, on ne peut pas faire face à des factures pareilles… On nous a installé un compteur digital neuf il y a cinq ans. S’il y avait eu un problème, ils l’auraient vu à cette époque-là. On vit ici depuis 16 ans.  »

Lire l'article de la Voix du Nord